Trouble dissociatif de l’identité et e pair-aidance [Mana]

VERSION AUDIO


Le 25 juin 2020 au fond du lit

Confinement :

Un véritable retour dans le passé.
Des moments,
des heures,
des jours insupportables où je revivais en permanence des agressions traumatisantes.
Je passe ce confinement en grande partie en dissociation,

Déconfinement :

Les moi du passé arrivent pour de vrai. Ils sont là, en moi, et certains vont très mal, jusqu’à me pousser au suicide.
Je suis déboussolée, je cherche des ressources sur internet, sur les réseaux sociaux… Et je m’y sens très soutenue.

Je découvre un site web — Partielles–,
des stratégies sur des threads twitter,
et on me propose de discuter en message privé.
Je me sens comme soulagée d’un poids ; bien que perdue.
Je ne comprends pas ce qui se passe pour moi et j’ai l’impression de faire semblant.
Pourquoi quinze personnes seraient-elles dans mon corps ?

On m’a répété (surtout des psychiatres/psychologues), à de nombreuses reprises, pendant plus de 10 ans, que je faisais semblant d’aller mal.
Que j’étais manipulatrice,
insupportable.
C’est dur de me sentir légitime après ça, surtout face à un trouble aussi « grave ».

En en parlant avec Partielles, on comprend un peu mieux.
Les alters eux accep­tent que j’ai un TDI.
Ils veulent que je sache qu’ils existent pour de vrai sinon ils deviennent violents, voire dangereux.
J’accepte peu à peu, à peu près ce qui se passe, et qu’ils existent, grâce à d’autres personnes qui ont elles aussi un TDI.

Maintenant, avec Partielles,
on se parle toujours par messages privés sur twitter.
On s’est également appelées sur Instagram.
On se partage des stratégies de gestion du trouble, mais également des infos médicales.
Elle
m’a mis en garde sur les trolls de twitter,
m’a aidé sur la communication entre les alters,
et m’encourage.
Je me sens moins seule face à ce qui se passe pour moi depuis peu.

J’ai des conseils de livres à lire.
Je me suis rapprochée du REV pour y trouver du soutien et des ressources sur la gestion des voix.
Elles sont intérieures, pas extérieures, mais c’est aidant quand même.
Je me suis construite un inner world (« monde/espace intérieur ») : les alters s’y sentent en sécurité et y font ce qu’ils veulent.
On regarde des vidéos de personnes qui nous ressemblent, et on est soutenus par la communauté.

Je ne sais pas si notre corps serait encore en vie sans ces étrangers devenus des « pairs-aidants » sur Twitter.

Mana

Pour proposer vos contributions c’est ici

Qu’est ce que le projet En tant que telle ?

Nous contacter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s