Moi aussi [Romane GARCIA]

VERSION AUDIO provisoire


Tu n’as que 18 ans, et pourtant, ton cheminement médical, et plus particulièrement psychiatrique ressemble déjà à un parcours du combattant. De la combattante, devrais-je dire, d’autant plus que ton genre l’a certainement influencé.

Tu n’as que 18 ans, et déjà, l’espoir fuit ton regard. Où se tourner quand le système médical classique n’a pas apporté de réponse ? À quoi aspirer quand les dernières années de ta vie n’ont été que souffrances après difficultés ?

Tu n’as que 18 ans, et ta confiance s’est émiettée au fil des rencontres compliquées, des entretiens inutiles, des hospitalisations parfois traumatisantes, des blouses blanches souvent hermétiques, des molécules aux effets secondaires multiples.

Tu n’as que 18 ans, mais ton regard, lui, me clame que tu as vécu bien plus longtemps que cela. Ton autisme* a marqué ton parcours d’une manière irréversible. A laissé la place à la dépression et l’anxiété, qui se sont installées pour de bon.

Mais…

Tu n’as que 18 ans. Tu as encore tellement à découvrir, à apprendre, à expérimenter.

Et, en miroir, moi aussi. Parce que moi, de 7 ans ton ainée, fraichement diplômée pair-aidante en santé mentale et neurodéveloppement*, je viens tenter de t’apporter quelques clés qui m’ont ouvert les portes du mieux-être. Je viens partager mes secrets, mes batailles, ces combats qui ressemblent tellement aux tiens.

Je viens te dire que tu n’es pas toute seule.

Je te tends une main, et te dis que je comprends. Que « moi aussi »… Que mon propre chemin m’a laissé des cicatrices indélébiles, et que, malgré tout, il est possible de se relever.

Mais je n’ai que 25 ans, et c’est ma toute première expérience de pair-aidance, en libéral. Je suis seule pour trouver les bons mots à placer sur ton chemin, pour ouvrir les bonnes portes, proposer les bons outils.

J’ai ma formation, mon savoir expérientiel, et mon propre réseau médical qui me soutient. J’ai aussi la chance de pouvoir m’appuyer sur une première formation d’éducatrice spécialisée, qui me donne quelques outils supplémentaires.

Mais rien ne peut réellement préparer à cette première rencontre. À ces échanges de regards, furtifs car notre autisme* nous réunit également dans cet évitement.

Je n’ai que 25 ans, mais ces quelques années de plus que toi m’ont permis de grandir. De trouver ma voie, de faire les bonnes rencontres, d’apprendre de la bienveillance de soignants*, de bénéficier du bon équilibre chimique, de vivre ces moments pleins de sens, de ceux qui colorent l’existence et redonnent de l’espoir.

Je n’ai que 25 ans. Notre petite différence d’âge me permet d’être au plus près de ton vécu. Tu bénéficierais sans doute différemment de quelqu’un avec plus d’expérience. Plus de recul. Mais je veux croire que ta souffrance brute pourra trouver un écho dans la fraicheur de la mienne.

Je suis juste là. Je te tends une main.

Je te tends une main, et, petit miracle de la pair-aidance*, tu acceptes de la saisir. De faire confiance à nouveau.

Je n’ai que 25 ans, et…

Moi aussi.

Romane GARCIA
Son site web
Site web de la C.P.A.P

Pour proposer vos contributions c’est ici

Qu’est ce que le projet En tant que telle ?

Aider En tant que telle

Nous contacter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s