Etre considéré comme un modèle de rétablissement, les attentes des autres… [Cathie MAILLOT]

On sait bien que la maladie mentale n’est pas affaire de volonté, même si celle-ci peut jouer sur le processus de rétablissement ; on sait bien qu’il est illusoire de penser pouvoir contrôler les méandres du cerveau ; on sait tout ça, mais pour autant, que se passerait-il si un pair-aidant se mettait à aller moins bien, voire mal ? Comment réagiraient ses collègues de l’équipe ? Que penseraient également les usagers accompagnés au quotidien s’ils constataient son absence ?...

La pair aidance selon… #3 [Lee ANTOINE] Les prémices d’une pair aidance informelle

Se soutenir avant les horribles entretiens familiaux en soins études, parfois les préparer, et récupérer en vrac les pairs après les dits entretiens. Se renseigner mutuellement sur nos droits en tant que patients hospitalisés. Écrire à plusieurs la lettre au préfet pour une sortie d'hospitalisation d'office d'un pair. Le soutien et les révisions quand tu passe ton code de la route pendant une hospit.

MSP-TCA : LE HIC DU BIDE [Natacha SNG]

Le poil dressé un brin dubitative devant l'élimination systématique des candidatures de personnes naguère anorexiques et postulant pour devenir pairs-aidantes, sur le long et intrépide chemin du rétablissement. Je fais partie de ceux qui ont pourtant entrepris cette démarche dans les règles de l'art : lettre de motivation, dossier candidat, convocations, entretiens. Refus successifs

Sept mois plus tard – MSP #2 [Lee ANTOINE]

Concernant le point sur la différentiation entre mon rôle de MSP et ceux des membres de l'équipe, une vigilance existe. Avec l'idée que je ne sois pas la "roue de secours" du service en étant trop polyvalent ("même si on sait tous que tu sais tout faire Lee"). Mais aussi, une vigilance institutionnelle/politique(syndicale)... (?): je ne remplace pas un.e professionnel.l.e, je ne vole pas le poste de quelqu'un, j'ai un rôle spécifique. Dans ce contexte de crise de l'hôpital public où les suceptibilités s'activent plus facilement, on fait un peu gaffe.