Vous le pourriez, vous ? [Sarah B.]

super-pair

C’est l’histoire d’une petite secrétaire qui se reconstruisait doucement mais surement… quand… « Ils cherchent un MSP, je propose votre candidature ? ».

Après une certaine hésitation, entre le silence d’une lente reconstruction et le vacarme d’un mouvement révolutionnaire, elle choisit le vacarme. Nostalgie d’une manie déjà lointaine ?
De nature prudente, elle savait son choix périlleux, mais depuis quand n’avait-elle pas pris de risques ? N’était-elle pas prête à se lancer ? Bien sûr que si !

Un peu naïvement peut-être, elle a pensé trouver sa voie.
Une stabilité depuis longtemps acquise, un certain recul sur son parcours, une bonne connaissance du milieu psychiatrique, la volonté d’aider et un grain d’esprit révolutionnaire, que demander de plus ? Au vu du processus d’embauche, rien. Au vu de ce qui l’attendait, tout.

En effet, elle a bêtement cru concourir pour le poste de Médiatrice de Santé Pair alors même qu’elle s’engageait dangereusement dans la voie de Médiatrice Super Pair.

Je vous propose de lire la fiche de poste sous le prisme de ses lunettes :

« Super Pair »

Vos compétences :

  • Super Pair, vous avez vécu l’expérience de la maladie psychique et du rétablissement, vous savez analyser ce vécu, vous êtes capable de le transmettre.
  • Super Pair, vous disposez de qualités humaines essentielles telles que l’écoute, l’empathie et la tolérance.
  • Super Pair, vous êtes capable d’entendre la souffrance avec empathie sans que cela n’empiète sur vos émotions.
  • Super Pair, vous savez vous adapter à vos collègues, aux personnes que vous accompagnez, aux lieux où vous exercez et aux missions qui vous seront proposées. Vous disposez pour cela d’une aisance sociale à toute épreuve.
  • Super Pair, vous avez une confiance en vous solide et stable. Modeste mais sûr de vous, vous n’avez pas besoin de reconnaissance.
  • Super Pair, vous êtes patient, très patient. Toutefois, vous devez faire preuve d’initiative allant parfois à l’encontre de vos collègues.
  • Super Pair, vous avez un œil critique que vous utilisez avec tact et diplomatie.

Alors, si vous l’acceptez, voici votre mission :
En ne partant de rien, sans expérience professionnelle, très peu de bases théoriques, vous inventerez un nouveau métier, un métier révolutionnaire, mais vous l’inventerez seul.
Par la force de votre génie, vous ferez de ce métier : une aide précieuse pour les personnes que vous accompagnez, un objet de remise en cause des pratiques et des acquis de vos collègues, un symbole de déstigmatisation et une évolution de la santé mentale.
Pour cela, vous devez vous sentir légitime et compétent pour discuter les pratiques d’une équipe expérimentée bienveillante et réfléchie. Légitime et compétent pour accompagner des personnes en grande souffrance, souffrance qui vous sera souvent étrangère.
Sans outil, sans savoir, sans méthode, pour seule arme une histoire qui vous est propre, vous devrez être convaincu de votre capacité à aider, vous devrez assumer votre rôle d’aidant.
Une fois votre sentiment de légitimité acquis, vous êtes tenu de convaincre vos collègues et votre institution de l’apport que vous représentez, vous et cette nouvelle fonction. En effet, n’oubliez pas que vous êtes un pionnier et que, de vous, dépend l’avenir de ce merveilleux métier et de la santé mentale en général.
Ensuite, il vous faudra trouver ou plutôt inventer la posture professionnelle et la distance thérapeutique adaptées à votre statut. Celles qui vous maintiendront dans l’interstice entre le monde des soignants et celui des patients. Vous devrez toujours vous distinguer des soignants afin d’apporter « votre regard singulier » et ne jamais vous confondre avec les patients qui doivent voir en vous quelqu’un de sûr, de rassurant.
Vous serez donc seul, constamment seul, perdu dans cet interstice désincarné.
Pour finir, nous vous offrons la coquille vide de votre métier, à vous de l’animer. Mettez-y du sens, de l’utilité, du génie même si vous le pouvez. Si vous échouez, il vous reste la possibilité de supporter votre inutilité.
Une dernière chose, pour ne rien gâcher, il vous faudra garder la tête froide. Alors ignoré dans votre propre travail, attendez-vous à être acclamé par la communauté « Santé Mentale ». Témoignages, interviews, questions à tout-va, rencontres, colloques, réunions… Mais n’oubliez pas, une fois franchi le seuil de l’institution que vous voilà fantôme errant dans les couloirs sinistres de cette prison.

Pour en revenir à notre histoire, vous l’aurez compris, au bout de quelques mois, notre héroïne a retiré sa cape de « Super Pair ». Elle l’a pliée, l’a soigneusement rangée mais ne l’a surtout pas jetée.

Aujourd’hui, elle rechausse ses lunettes de secrétaire et prend un instant pour vous écrire ces quelques lignes :

Alors vous le pourriez, vous ? Moi, je n’ai pas pu.
Mais si vous vous reconnaissez dans le profil du Super Pair, n’hésitez pas ! Enfilez votre cape pour incarner votre destin ! Si, au contraire, vous ne vous y retrouvez pas mais que l’envie est là, n’hésitez pas non plus ! Après tout, ce ne sont que les dires d’une simple paire… un peu vexée de se voir inadaptée.

Sarah B.

Pour contribuer c’est ici

Qu’est ce que le projet En tant que telle ?

Nous contacter

6 réflexions sur “Vous le pourriez, vous ? [Sarah B.]

  1. Hervot

    Bonjour Sarah, je viens de lire ton article, quel style! Quelle plume! Je comprends mieux ta décision de ne pas continuer! Tu as mis la barre très haut! Et c’est normal lorsque quelque chose d’aussi profond nous habite et nous tiens à coeur… entre se rétablir soi et accompagner les autres dans ce chemin il y a un vrai pas à franchir. Et sans vouloir remette en question ce que tu éprouves, je pense que l’humilité est la première pierre à poser pour traverser le torrent de difficultés de ce métier. Il n’y a pas plus de Super Pair que de Super héros ou parents…de la solitude, oui, mais elle n’est pas plus que dans un autre travail car  »au bout du compte on se rend compte qu’ on est bien seul au monde » comme chantait Mauranne récemment décédée. Et puis, les émotions elles sont autorisées si on se les autorisent! Bon cet article donne à réfléchir et c’est une bonne chose pour toi que tu ais pu exprimer ton expérience. Cela fait partie du chemin et je suis certaine que ton expérience bénéficiera un jour ou l’autre, maintenant aux personnes que tu rencontres. Merci pour ce partage et témoignage. CECILE

    J'aime

  2. Ping : Des conseils pour les soignants? #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  3. Ping : MSP, et après? #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s