Vouvoiement ou tutoiement ? #1 [Lee ANTOINE]

VERSION AUDIO ICI


 

Je suis médiateur de santé pair dans un hôpital de jour en psychiatrie adulte.
Dans le même temps nous suivons une formation
avec une trentaine d’autres médiateur.ice.s de santé pair.s.

La question du choix entre le vouvoiement et le tutoiement s’est posée à plusieurs reprises.

« Je suis un.e pair, puis-je tutoyer les personnes accompagnées? »

« Quand je vouvoie, j’ai l’impression de prendre le parti de l’équipe soignante »

« J’ai peur de tutoyer et d’être dans une trop grande proximité qui m’atteindrait potentiellement après »

« Je peux vouvoyer en étant dans un rapport de pairs, avec une grande proximité »

« Ah non, moi je vouvoie pas, je suis pas le chef des patients »

« Toute l’équipe vouvoie les patients, je fais comment moi du coup? »

« Si je tutoie, est-ce que je vais être identifiée comme membre de l’équipe? »

Il y a débat, discussion, des points de vues divergeants, des positionnements à réfléchir, des prises de parti, des changements de façon de faire, une sorte de débat mouvant

Les pairs-aidant.e.s professionnel.le.s que je connais ne sont pas d’accord entre eux.elles, il y a plusieurs écoles…

Je fais ici part de « mon école ». De la façon dont, au travail, je me positionne concernant le tutoiement, le vouvoiement... Cette réfexion survole rapidement la question de la proximité avec les patients, qui peut, selon moi, différer que l’on soit MSP ou soignant. Ce sujet autour de la proximité dans l’accompagnement sera prochainement abordée dans un article.

Je suis entré dans le programme médiateurs de santé pairs
peu après l’obtention de mon diplôme d’éducateur spéciali.

Donc ?

En formation d’éduc, on effectue plusieurs stages.
Dans mon cas: 1 stage avec des enfants, 2 stages avec des adultes.

Et ?

1 Premier stage en formation d’éducateur spécialisé

Avec des enfants, je ne me suis pas posé la question du vouvoiement / tutoiement. J’ai naturellement tutoyé les enfants. Ca se discute mais ce n’est pas le sujet.

Lors des deux stages que j’ai effectué avec les adultes, la question s’est posée.
Elle s’est même posée assez rapidement:

2 Deuxième stage en formation d’éducateur spécialisé

La cheffe de service de mon premier stage avec des adultes m’a encouragé, dès le premier jour, à vouvoyer les personnes accompagnées.

  • Aucun membre de l’équipe ne pratiquait le vouvoiement à part elle.
  • Je me suis sentie tiraillé entre: le bon sens de vouvoyer des adultes / coller aux pratiques de l’équipe dans sa quasi globalité / respecter les préconisations de la cheffe de service.
    -> J’ai « choisi » le tutoiement, (sans vraiment réfléchir).

3 Troisième stage en formation d’éducateur spécialisé

Lors de mon second stage avec des adultes, la politique de l’établissement était claire: TOUT le monde se tutoie.

En demandant l’avis des personnes accueillies dans ce centre d’hébergement, j’ai entendu :

« de toute façon tout le monde se tutoie, on va pas faire autrement »
« pourquoi tu me vouvoie, c’est bizarre? »
« Encore une éduc qui se prend pas pour de la merde »
« Je m’en fous qu’on me tutoie ou qu’on me vouvoie »
« Tu fais comme tu veux »
« Pourquoi on se vouvoierait »
« Ca veut dire que je dois te vouvoyer? »

Bon, le tutoiement y est très installé. Je ne vais pas lutter contre une institution entière. Donc je tutoie, une fois encore.

Et alors ?!

J’ai été mal à l’aise, gêné, j’ai eu du mal à me positionner en tant que professionnel, à proposer un cadre…

Ok, c’est pas bien grave.

Mais
Mais pour moi, le tutoiement…

  • ça marche:
    dans les moments calmes, informels, bon enfant.
    Ca marche la plupart du temps.
  • ça marche pas:
    pour les rappels à l’ordre, pour parler de sujets sérieux, pour expliquer que mon stage finit bientôt…
    Pourquoi ça marche pas pour moi ?
    Dans ces moments là, j’ai l’impression de réprimender un enfant, de faire amis amis, de ne pas considérer l’autre comme un Etre responsable, de faire croire à l’autre que je pense qu’il est en sucre, d’apprendre à un adulte que dans toutes les institutions tout le monde se tutoie, d’apprendre une règle fausse à des personnes non francophones…

Mais j’ai tutoyé, tout au long de mes stages.

4 Premier job d’éducateur

Passons sur mon premier emploi d’éducateur spécialisé (j’y vouvoyais les personnes accueillies selon le cadre en vigueur).

5 Médiateur de santé pair

En décembre 2017, je commence à travailler, avec des adultes, comme médiateur de santé pair. Avant le premier jour de travail, je me suis posé la question… je vouvoie ou je tutoie ? Et puis j’y suis allé « au feeling », choisissant le vouvoiement, en prenant en compte différents éléments contextuels:

  • les patients et les soignants ont l’air de se vouvoyer
  • les patients se tutoient entre eux
  • les membres de l’équipe se tutoient entre eux
  • je suis un membre de l’équipe, l’équipe soignante me dit d’emblée «on se tutoie peut être non? On est collègues!»
  • je suis un « ancien » patient

Puis, avec le temps, j’observe:

  • que le vouvoiement n’empêche pas une complicité, une proximité, une confiance, une ambiance chaleureuse…
  • qu’il y a du « tuvoiement », en fonction du contexte (au foot, en entretien…), et du lien entre les acteurs (se connaissent depuis 15 ans, depuis deux jours, affinité…)

Et je me repose des questions:

  • quelques patients me tutoient
  • la plupart des patients me vouvoient
  • quelques patients tutoient toute l’équipe
  • certains patients tutoient ou vouvoient en fontion du membre de l’équipe à qui ils parlent
  • personne ne semble choqué quand les patients et les membres de l’équipe se tutoient
  • certains patients ne tutoient que moi dans les « membres de l’équipe »

Alors, …

  • est ce que je devrais passer au tutoiement?
  • Est ce que mon rôle n’est pas assez bien défini, ou au contraire l’est-il ?
  • Est ce que ça change vraiment quelque chose à mon accompagnement si je décide de passer au tutoiement ?
  • Est ce que je me vois tutoyer tout le monde ?
  • Est ce que les patients préfèrent que je les tutoient ?
  • Dans quelle position celà me met si je tutoie et que l’équipe vouvoie?

Et je vois que, depuis ma prise de poste, je peux avoir un language et des comportements TRES familiers en vouvoyant… que c’est juste un truc, comme ça, socialement acceptable, de se vouvoyer, entre adultes, et que peu importe qu’un patient me tutoie, je peux continuer à vouvoyer sans avoir l’impression d’être distant.

Des pair.e.s aidant.e.s professionnel.le.s « expérimenté.e.s » ont fait part à la promo de médiat.eur.rice.s de santé pairs dans son ensemble, ou à moi dans des moments informels de leur vision des choses à ce sujet.

  • Le tutoiement serait le propre du pair aidant.
  • Vouvoyer serait choisir le camp de l’équipe soignante.
  • Il est cependant plus simple de passer du vouvoiement au tutoiement que l’inverse.
  • Il est important d’être identifié comme un professionnel par l’équipe
  • Une bonne intégration dans l’équipe peut permettre, ou non, un accompagnement de proximité auprès des patients.
  • En vouvoyant on est un peu des vendus quand même
  • En tutoyant il faut faire attention à ne pas être juste dans une relation affective, mais aussi professionnelle

Bonjour casse tête.
Bon les gars, moi je vouvoie hein

Ah, sauf quand le vouvoiement à l’air de bloquer la personne pour parler…

que le tutoiement peut aider à permettre un dialogue…

Merde, c’est compliqué.

Lee ANTOINE

Du même auteur sur En Tant Que Telle

Prise de poste, MSP
La relation duelle en pair aidance
Vouvoiement ou tutoiement ?
Je sème des graines #2
Phobie scolaire et formation
Interview avec Patrick Stern
Sept mois plus tard, MSP
Engagement des usagers et rétablissement #1
Quand des ancien.nes patient.e.s viennent rendre visite #1
Des conseils aux soignants?
La pair aidance selon #1
La pair aidance selon #3
Pour raison de sécurité

Pour contribuer c’est ici

Qu’est ce que le projet En tant que telle ?

Nous contacter

 

17 réflexions sur “Vouvoiement ou tutoiement ? #1 [Lee ANTOINE]

  1. Je dirais que si tu te sens plus a l’aise avec le vouvoiement, fait comme ça 🙂
    Comme toi j’ai travaillé dans différentes structures, la plupart avec du vouvoiement, quelques unes avec du tutoiement.
    Ça ne m’a pas posé de problème. Du moment que notre positionnement est clair je trouve que ça va, mais effectivement tu es dans une position particulière.
    J’ai travaillé dans un CHRS où tout le monde se tutoyait. Un seul résident m’avait demandé de m’en vouvoyer. Il expliquait avoir besoin de ça pour reconstruire une image de « personne respectée ».
    Un autre résident, je le connaissait d’une autre structure où je faisais de vacations (lieu d’accueil parent-enfant pour l’exercice du droit de visite). On s’y voyait un samedi sur deux, et ce jour là on repassait au vouvoiement. J’avais abordé le questionnement que j’avais de manière directe avec lui. Je crois que lui s’en fichait, c’est moi qui avait besoin de ce « vous » dans une équipe différente, et aussi vis-à-vis de son ex-femme je crois. Ça ne lui avait posé aucune problème, il avait bien compris que c’etait Mon besoin et le respectait.

    Aujourd’hui là où je travaille, il n’y a que du vouvoiement possible. Et l’usage du Monsieur/Madame et nom de famille.
    Quelques une des personnes que je suis m’appellent cependant par mon’ prenom. Ça ne me pose aucun problème mais ça m’a été reproché par une ou deux collègues. Alors que pour moi
    – ça peut être culturel
    – je m’en présente toujours comme Elodie Untel, et nom comme Madame Untel, donc pourquoi pas ? D’autant que nos cartes de visite mentionnent nos prénoms !
    – j’ai un nom compliqué, difficile à mémoriser pour certains
    – je m’en sens au clair avec mon positionnement

    Par contre dans ce cadre d’intervention je ne tutoie pas, et il m’est arrivé de demander à certains (mais pas systématiquement) de rester sur le vouvoiement, quand j’ai ce vague sentiment que le tutoiement cherche à faire entrer l’an relation dans une dimension trop personnelle. Qu’on cherche à m’extirper des « bouts de moi » que je ne suis pas prête à livrer. Alors que par ailleurs je peux me servir de mon parcours dans les’ accompagnements…

    Comme tu dis, ce n’est pas simple. Ce n’est pas une question anodine.

    Aimé par 1 personne

  2. Juilien

    Oui c’est compliqué. Ta réflexion est intéressante. Il me semble qu’il est plus facile de passer du vouvoiement au tutoiement dans les moments informels où quand sa semble permettre plus de lien. Pour ma part dans ma pratique de bénévole pair aidant je ne voit aucune utilité au vouvoiement mais si un jour je sent que pour quelqu’un ça serait mieux je vouvouarai. J’ai souvent et longtemps travaillé avec des adultes en tant monitrice éducatrice, j’ai toujours tutoyé les résidents mais parfois cela me gêné dans l’accompagnement. Il me semble que d’une manière générale on infantilise trop les adultes en situation de handicap et le tutoiement favorise cela. Un collègue AMP a fait la validation des acquis pour être éducateur spécialisé, quand il est rentré de stage il s’est mis à vouvoyer les résidents. Évidemment il a été fortement critiqué par beaucoup. Mais de toute façon dans ce milieu la critique est là quoi qu’on fasse. J’ai trouvé ça très bien qu’il vouvoie les résidents et ça n’a jamais semblé être un problème pour les ces derniers d’ailleurs . Du coup Quand Yvonne est arrivé d’un autre foyer, cette dame, élégante, la cinquantaine avec un petit côté sûr d’elle j’ai eu envi de la vouvoyer et c’était très bien comme ça. Il me semble qu’en la vouvoyant je rajoutait du respect,de la reconnaissance, et je lui signifiait que pour moi’elle était une adulte responsable et digne. En fait il n’y a pas de règles établies et tant mieux ce qui est juste de faire c’est ce qui semble être le mieux pour la personne qu’on accompagne et d’être nous même à l’aise avec notre choix.

    Aimé par 2 personnes

  3. Ping : Je sème des graines #2 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  4. Ping : « Phobie scolaire » et formation [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  5. Ping : Prise de poste, MSP #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  6. Ping : La pair-aidance selon … #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  7. Ping : Engagement des usagers et rétablissement #1 Lee ANTOINE – En tant que telle

  8. Ping : Des conseils pour les soignants? #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  9. Ping : Quand des ancien.ne.s patient.e.s viennent rendre visite… [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  10. Ping : La pair aidance selon… #3 [Lee ANTOINE] Les prémices d’une pair aidance informelle – En tant que telle

  11. Ping : Sept mois plus tard – MSP #2 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  12. Ping : Je sème des graines #2 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  13. Ping : « Pour raison de sécurité » [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  14. Ping : MSP, et après? #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  15. Ping : « Phobie scolaire » et formation [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  16. Ping : La relation duelle en pair aidance #1 [Lee ANTOINE] – En tant que telle

  17. Ping : Lettre d’au revoir, dernier jour en tant que MSP [Lee ANTOINE] – En tant que telle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s